La coordination française du Sport à l’International

  • Post author:
  • Post category:infos

Roxana MARACINEANU réactive la coordination française du Sport à l’International

C’est à l’occasion des Championnats du Monde UCI de Cyclisme sur piste 2021 organisés à Roubaix que la ministre déléguée chargée des Sports, Roxana MARACINEANU, a officiellement installé la nouvelle coordination du sport français à l’International (ex CFSI) en présence de la présidente du CNOSF, Brigitte HENRIQUES, et du maire de Roubaix, Guillaume DELBAR.

Cette instance collaborative née en 2013 sous l’impulsion de Valérie FOURNEYRON avait permis de poser les fondations de la candidature victorieuse de la France pour les Jeux de Paris 2024.

Roxana MARACINEANU a souhaité réactiver cet espace de coordination dès 2019. Après un premier travail conjoint réalisé par la direction générale du CNOSF et l’inspection générale du ministère, la ministre a mandaté la Délégation Interministérielle aux Grands Evénements Sportifs Internationaux pour conduire une analyse des stratégies des acteurs du sport français à l’international, identifier les points de convergence et les éléments de progrès et enfin, faire des propositions stratégiques en matière d’influence sportive, de stratégie d’accueil des grands événements, d’impact international de la filière Economie du Sport et de coopération. Le rapport formule également des propositions de format et de gouvernance de la nouvelle instance.

Forte de ces recommandations, et après un échange approfondi avec l’ensemble des acteurs du sport français, la ministre a réuni pour la première fois vendredi 22 octobre l’ensemble des parties prenantes pour partager les conclusions du rapport et évoquer les axes forts du travail à accomplir dans la perspective des Jeux de Paris 2024 mais surtout, au-delà.

Ces parties prenantes sont le ministère chargé des Sports, le ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, le Comité National Olympique et Sportif Français, le Comité Paralympique et Sportif Français, le comité d’organisation de Paris 2024, l’Agence nationale du Sport, l’Association des Maires de France, Business France, le GIE France Sport Expertise, l’Union Sport et Cycle, l’association Territoires d’événements sportifs.

« Les Jeux de 2024 ne doivent pas être une finalité mais un tremplin vers l’avenir. Je souhaite que nous défendions mieux les intérêts de la France en termes d’influence dans les instances sportives internationales, d’attractivité de notre territoire pour les grands évènements, de conquête de nouveaux marchés pour nos entreprises à l’international. C’est pourquoi j’ai souhaité, en accord avec l’ensemble des parties prenantes, lancer les travaux d’une nouvelle démarche de coordination de nos actions à l’international en matière de stratégie d’influence sportive. Elle ne se substitue pas aux prérogatives de nos institutions respectives mais les renforce pour nous aider à mieux partager et faire connaître ce que nous faisons les uns et les autres, unir nos forces et nos moyens sur des sujets partagés, des actions dont la pertinence et l’efficience dépendent de notre coordination ; bref à mieux faire ensemble. A l’heure où la France se prépare à la Présidence de l’Union Européenne, ce nouvel outil viendra renforcer l’influence de notre pays. » Roxana MARACINEANU, ministre déléguée chargée des Sports

Voici la liste des 16 recommandations du rapport sur la nouvelle coordination du sport français à l’international :

Recommandation 1 :

Créer le « Cercle International d’Influence – C2I » regroupant les membres du MENJS/CNOSF/CPSF/ Fédérations sportives ayant une action à l’international



Recommandation 2 :

Créer et animer un groupe de personnalités à Haut Potentiel international (HPI) en lien avec le parcours ambition internationale du CNOSF, le MEAE et l’Ecole des Cadres (MENJS)

Recommandation 3 :

Accueil à Paris de bureaux délocalisés des Fédérations internationales (FIFA, IJF, ITTF…)

Recommandation 4 :

Installer un relais France à Lausanne afin de développer et de mieux articuler les actions d’influence du mouvement sportif et des entreprises françaises

Recommandation 5 :

Repositionner les français à la tête des instances stratégiques et politiques de la Francophonie sportive

Recommandation 6 :

Réinvestir les territoires ultra marins comme éléments de mobilisation géopolitique

Recommandation 7 :

Concentrer l’action sportive internationale de la France dans 17 pays prioritaires

Recommandation 8 :

Renforcer et animer un réseau de compétences au sein des postes diplomatiques

Recommandation 9 :

Consolider le positionnement du GIE comme chef de file du secteur économique dans la perspective des JOP Paris 2024

Recommandation 10 :

Mettre en place de nouveaux outils réglementaires et législatifs pour les entreprises françaises



Recommandation 11 :

Développer un programme de promotion de la France, de rencontres économiques et d’influence à l’occasion des Championnats du Monde de Ski 2023, de la Coupe du Monde de Rugby 2023 et des Jeux
Olympiques et Paralympiques 2024.

Recommandation 12 :

Soutenir le développement de la Global Sports Week et le décliner dans les pays prioritaires

Recommandation 13 :

Créer un nouveau comité des candidatures GESI pour mieux faire vivre les priorités stratégiques du sport français dans l’accueil des grands événements

Recommandation 14 :

Soutenir de nouvelles formes d’événements sportifs

Recommandation 15 :

Organiser un sommet d’Etat (DAVOS du Sport) en marge des JO et en ligne avec les accords de Paris afin d’asseoir le modèle sportif français

Recommandation 16 :

Etudier l’opportunité et la faisabilité d’un événement fédérateur pour capitaliser l’élan de Paris 2024 et définir un nouvel horizon pour les 10 prochaines années

Sport gouvernement